Le développement durable, un devoir et une nécessité

125 Views Sans commentaires

Notre Pays n’a pas échappé aux excès d’un certain développement qui a affecté nos ressources naturelles, perturbé ses éco-systèmes et porté préjudice aux populations. De grands bouleversements sont encore à redouter : conséquences de l’exploitation minière, sécheresses, cyclones, montée des eaux…

Il est devenu inévitable d’engager tout le Pays dans une stratégie de développement durable, dans tous les secteurs de la vie économique et sociale du Pays. Cela doit être un devoir pour tous nos concitoyens autant pour générer un développement respectueux de nos intérêts localement que pour prendre part au combat de l’humanité pour la préservation d’une planète que nous devons léguer aux générations futures.

S’engager dans cette voie est tellement crucial pour notre avenir qu’il faut prévoir de l’inscrire dans notre Constitution, probablement dans son préambule.

Il ne s’agit pas d’en faire une simple référence «philosophique» mais bien un objectif dans toutes les politiques publiques. Ainsi, nous devons envisager l’économie comme un domaine qui intègre les aspects environnementaux et sociaux.

Rappelons les éléments de méthode pour mettre en œuvre un développement durable :

• il repose sur trois piliers : l’efficacité économique, l’équité sociale et la qualité environnementale.

• pour atteindre ces objectifs, il s’appuie sur quatre principes fondamentaux :

— une solidarité à tous les étages (pays, populations, générations, etc.) et le partage des ressources de la planète ;

— un principe de précaution (éviter les catastrophes écologiques ou les risques pour la santé) de mise dans chaque prise de décision ;

— une participation de chacun ;

— une responsabilité de tous.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Dans : Analyses

Envoyez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs à remplir impérativement sont notés (obligatoire)

petit-titre

L’Avenir Calédonien est la publication officielle de l’Union Calédonienne. C’est, très probablement, une des plus vieilles publications de Nouvelle-Calédonie car les premiers numéros sont parus peu de temps après la création du Mouvement en 1953. Bien que paraissant de manière irrégulière, plus de 1050 éditions de l’Avenir Calédonien ont jalonné l’histoire du plus ancien parti de Nouvelle-Calédonie.

INTRODUCTION DE L'AVENIR AOÛT 2016

NOTRE INDÉPENDANCE SERA VIABLE

Avoir une indépendance viable, signifie pour un pays, être en capacité de disposer des moyens financiers qui lui permettront de faire face à ses obligations : permettre aux citoyens de satisfaire leurs besoins fondamentaux, entretenir une administration publique performante, créer les conditions pour un développement durable et dynamique. Notre pays fait face à cela depuis longtemps et sera en mesure d’y faire face à l’avenir...
Après les années de propagande des partis anti-indépendantistes, de la télévision d’Etat, des représentants de l’Etat eux-mêmes et le succès d’une chanson populaire « c’est la France qui paie », beaucoup de Calédoniens ont fini par se laisser influencer par l’idée que notre pays est très dépendant financièrement de la France… Parfois, on entend même des affirmations tellement erronées qu’elles frisent le ridicule : « c’est la France qui paye les médecins et notre système de santé » ou « c’est la France qui alimente le budget de la Nouvelle-Calédonie et des provinces ». Voilà le résultat de cette bonne vieille habitude de la droite anti-indépendantiste : désinformer et entretenir un discours de peur pour empêcher les Calédoniens de connaître la vérité…

ARTICLES RECENTS