Un long combat pour l’intérêt général et un mieux vivre de la population

46 Views Sans commentaires

L’Union Calédonienne est née de combats pour la dignité et la recherche d’un mieux vivre pour la population, portés par les associations fondatrices du Mouvement, l’Uicalo et l’Aiclf. Ayant accédé au pouvoir, l’UC fit adopter des mesures destinées à une meilleure protection des Calédoniens avec la création de la CAFAT en 1958 puis du FSH en 1964. Dans la perspective de doter le pays de moyens budgétaires pour mieux fonctionner et pour s’engager dans une certaine redistribution des richesses, l’Union Calédonienne initia la création de la première fiscalité minière et métallurgique en 1975, de l’impôt sur les sociétés en 1979 et de l’impôt sur le revenu en 1982. L’UC joua même un rôle déterminant dans le lancement de la réforme fiscale en cours, en faisant adopter une délibération de programmation de cette réforme en septembre 2011.

Malgré une opposition souvent véhémente et incrédule, l’UC s’obstina à défendre le rééquilibrage avec le projet de ville à Népoui porté par le gouvernement Lenormand durant les années 1950-60, le projet du grand H du gouvernement Tjibaou puis le combat pour l’accès à la ressource minière et la création de l’usine du Nord.

Tous ces faits ont en commun la volonté inébranlable de l’Union Calédonienne de travailler pour l’intérêt général et un mieux vivre de la population. Ce sont toujours ces préoccupations qui sont à la base des positions du Mouvement, dans les institutions ou dans l’arène politique.

Aujourd’hui encore, le projet que porte l’UC ne vise qu’un seul objectif : permettre à nos concitoyens de mieux vivre, dans le respect de leur identité et responsables de leur destin.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Dans : Le mouvement

Envoyez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs à remplir impérativement sont notés (obligatoire)

petit-titre

L’Avenir Calédonien est la publication officielle de l’Union Calédonienne. C’est, très probablement, une des plus vieilles publications de Nouvelle-Calédonie car les premiers numéros sont parus peu de temps après la création du Mouvement en 1953. Bien que paraissant de manière irrégulière, plus de 1050 éditions de l’Avenir Calédonien ont jalonné l’histoire du plus ancien parti de Nouvelle-Calédonie.

INTRODUCTION DE L'AVENIR AOÛT 2016

NOTRE INDÉPENDANCE SERA VIABLE

Avoir une indépendance viable, signifie pour un pays, être en capacité de disposer des moyens financiers qui lui permettront de faire face à ses obligations : permettre aux citoyens de satisfaire leurs besoins fondamentaux, entretenir une administration publique performante, créer les conditions pour un développement durable et dynamique. Notre pays fait face à cela depuis longtemps et sera en mesure d’y faire face à l’avenir...
Après les années de propagande des partis anti-indépendantistes, de la télévision d’Etat, des représentants de l’Etat eux-mêmes et le succès d’une chanson populaire « c’est la France qui paie », beaucoup de Calédoniens ont fini par se laisser influencer par l’idée que notre pays est très dépendant financièrement de la France… Parfois, on entend même des affirmations tellement erronées qu’elles frisent le ridicule : « c’est la France qui paye les médecins et notre système de santé » ou « c’est la France qui alimente le budget de la Nouvelle-Calédonie et des provinces ». Voilà le résultat de cette bonne vieille habitude de la droite anti-indépendantiste : désinformer et entretenir un discours de peur pour empêcher les Calédoniens de connaître la vérité…

ARTICLES RECENTS